L'Interview 40 ans de Francis Salvat, Président-Fondateur du Club de la Com

Jeudi 9 septembre 2021
Vie du Club

À l'occasion des 40 ans du Club de la Com que nous fêterons en fin d'année, nous vous proposons une série d'interviews pour parler de l'évolution du Club mais aussi de notre secteur d'activité. Cette première interview a été réalisée au Musée des Abattoirs que nous remercions pour leur accueil. Rencontre avec Francis Salvat, Fondateur du Club de la Com et premier Président. 

 

Francis Salvat, pourquoi avoir créé le Club ? 

En fait, c’est le fruit de mon isolement quand je suis arrivé à Toulouse dans les années 70/80 après avoir milité pendant plus de 15 ans dans des associations de communication à Paris. Je n’ai retrouvé personne avec qui pouvoir établir des relations. Ceci ralentissait mon intégration. J’ai eu l'idée de contacter une dizaine de confrères qui représentaient les grandes institutions et entreprises (Préfecture, Mairie de Toulouse, Chambre de Commerce, France 3, Aérospatiale...) 

J’ai provoqué une réunion à la Mairie, il y a de cela plus de 40 ans, et nous avons décidé ensemble de créer une structure qui n’existait pas.

Pour cela, nous nous sommes appuyés sur l’UGEF dont j’étais encore Vice-président délégué (aujourd’hui Communication et Entreprises). L’UGEF nous a aidé à créer une délégation dans les années 78/79.

Nous nous sommes vite rendu compte que c'était insuffisant. La communication interne était importante mais la communication globale touchait toutes les entreprises. Donc, nous avons décidé de créer notre propre structure, nos statuts... avec, dès le départ, une vocation régionale. La présidence tournante était une de mes volontés, j’y tenais beaucoup ! J’ai connu trop d’associations sclérosées par des présidents à vie. Le fait d’avoir une présidence tournante, tous les 3 ans, apporte des idées neuves, une dynamique nouvelle... Voilà en quelques mots comment s’est constitué le Club. 

Nous avons tout de suite établi des relations amicales avec l’AJT, nous avons même créé un prix annuel et ensuite nous avons été reconnu par la plupart des grandes institutions. Le premier prix de ce concours était présidé par le Préfet de Région, puis par Dominique Baudis. Le Club s’est très vite intégré dans l’écosystème dépassant la centaine de membres au bout des 3 premières années. Je me réjouis de voir ce que le Club devient aujourd’hui ! 

La formule Club nous tenait également à cœur pour ancrer la convivialité et les échanges dans l’ADN de l’association.

 

Quels sont les moments marquants de votre mandat ? 

Je parlerais du premier… Je crois que j’étais encore président à ce moment-là. Nous avons été invités par Sud Radio à visiter Radio Andorre. Tisseo dont le responsable de la communication était membre des fondateurs du Club, nous a offert un bus et nous sommes partis, le bus absolument plein, visiter Radio Andorre. Pour la petite anecdote, nous avions fait un concours, au retour, de celui qui passerait l’achat le plus important. Au point que le Directeur Général de Sud Radio, Thierry Bernard, avait dû aller convaincre les douaniers de ne pas fouiller le bus. Ils auraient vu des choses qui n’étaient pas très raisonnables. 

Puis, nous avons eu de nombreuses réunions, des fêtes annuelles... Dans ces fêtes, les députés, les institutions étaient conviés. Nous nous sommes intégrés à travers la détente et le plaisir à la vie toulousaine. L’AJT était un partenaire fidèle de nos soirées conviviales mutuelles. 

 

Quels étaient vos objectifs à la création du Club ? 

J’avais deux objectifs. D’une part, le féminiser. À la création du Club, il n’y avait qu’une seule femme, Jannick Ser. Aujourd’hui, je constate qu’elles sont plus nombreuses que les hommes. Mon deuxième objectif était de favoriser l’émergence de Conseil en Communication Indépendant. Il n’y en avait pas il y a 40 ans. Ils pouvaient se mettre au service de la communication pour les grandes entreprises toulousaines ou auprès du tissu très riche des PME et PMI. Je pense que le phénomène a pris notamment avec la présidence de Philippe Nau, le 6e président du Club mais premier président indépendant. 

 

Comment définiriez-vous le Club de la Com en trois mots ? 

En trois mots : Représentatif, Fraternel, Pérenne. 

 

Merci Francis.