Mes premiers pas sur... les réseaux sociaux (3ème édition)

Près d'une cinquantaine d'adhérents du Club de la Com Midi-Pyrénées s'est réunie le vendredi 20 novembre 2015 pour la troisième édition de "Mes 1ers Pas sur les Réseaux Sociaux" organisée par la commission Digital. L'Université Toulouse 1 Capitole nous a accueilli cette année encore à la Manufacture des Tabacs.

De 8h30 à 12h, les participants ont pu assister à 4 ateliers avec les problématiques suivantes :

- Faut-il miser sur Facebook ou sur Twitter en 2016 ? (par Philippe Couzon - Community Manager freelance et Sean Delecroix - Community Manager chez Pro Direct Marketing) ;

- Instagram ou Pinterest : quel réseau social visuel choisir ? (par Marie Aineto - Gérante de MyComUnity et So Happy Web et Sophie Turpaud - Formatrice en Médias Sociaux et Pinterest Evangelist) ;

- La publicité sur les réseaux sociaux : pourquoi ? comment ? ( par Catherine Epstein, Consultante formatrice en relation client, stratégie sur les réseaux sociaux et e-réputation) ;

- Comment animer ses réseaux sociaux au quotidien ? ( par Jill Lagier, Community Manager chez Atchik Services).

La matinée s'est terminée par une table ronde qui a permis à nos intervenants de donner leur opinion sur les grandes tendances à venir pour 2016. 

 

Compte-rendu de l'événement

Jacqueline Léo-Lesage et Florence Lamotte, membres de la Commission Digital, ont joué le jeu et ont retranscris pour vous l'essentiel de la matinée : 

Faut-il miser sur Facebook ou sur Twitter en 2016 ?

FACEBOOK et TWITTER sont les 2 réseaux sociaux les plus utilisées avec une utilisation de plus en plus en mobilité.

TWITTER est plus dédié à l’information avec une notion d’instantanéité que n’a pas FACEBOOK.

QUELQUES CHIFFRES CLÉS

FACEBOOK :

  • 30 millions d’utilisateurs mensuels en France (1 français/2) dont 24 millions sur mobile
  • 1 post a une durée de vie d’environ 10h

TWITTER :

  • 2.3 millions d’utilisateurs mensuels en France dont 1.84 millions sur mobile
  • 1 tweet a une durée de vie très très courte.

CIBLES

FACEBOOK : 65% F, plutôt 35/45 ans. Nombre d’amis moyen 177/personne

TWITTER : 45% F, âge moyen 22ans, mais aux Etats Unis les utilisateurs sont surtout les ados.

USAGES

FACEBOOK : ses utilisateurs sont connectés tout au long de la journée (au réveil 48% des 18/34 ans se connectent sur FACEBOOK, ils mangent avec FACEBOOK, ils font du sport avec FACEBOOK, ils font du shopping avec FACEBOOK…).

FACEBOOK est plutôt basé sur les centres d’intérêt des personnes.

TWITTER : la majorité des utilisateurs utilise ce réseau social de manière passive (lecture/veille). 1/3 twette tous les 2 j, seulement 13% twette tous les jours mais attention ce n’est pas parce qu’ils ne publient pas qu’ils ne sont pas présents…

TWITTER a vraiment une utilisation en temps réel, c’est un outil de documentation (mails, Moments, Curator, News me).

PUBLICITÉ

FACEBOOK fait en sorte que la publicité soit limitée et non agressive pour ne pas perdre ses utilisateurs (par ex contrainte de 20% maximum de texte sur un visuel pub). FACEBOOK s’est vraiment développé autour des données personnelles (profil) et de ce fait ces données récoltées permettent de réaliser des ciblages très pointus.

TWITTER propose plusieurs formats de pub (tweet sponsorisé, TWITTER card, hashtag dédié). Ces formats permettent aux entreprises d’être plus créatives que sur FACEBOOK. Sur TWITTER la pub est plus présente que sur FACEBOOK. Les possibilités de ciblage sont aussi jugées moins efficaces que sur FACEBOOK.

POURQUOI ÊTRE PRÉSENT SUR FACEBOOK ET TWITTER EN B TO B ET B TO C ?

  • Parce que les consommateurs sont sur ces 2 réseaux sociaux,
  • Pour gagner en visibilité,
  • Pour optimiser le trafic vers son site web et donc son référencement naturel,
  • Pour gérer la relation client,
  • Pour partager des infos exclusives avec ses clients et les écouter,
  • Pour gagner en efficacité (possibilité de mettre en ligne et de modifier une information bien plus rapide que sur un support print)…

CONCLUSION

FACEBOOK va proposer des messages éphémères qui se « détruisent » comme sur Snapchat. Egalement l’application Notify pour plus de news (actuellement uniquement aux U.S. pour iOS). L’objectif de FACEBOOK étant probablement de proposer un maximum de fonctionnalités pour que ses utilisateurs ne sortent pas de FACEBOOK (FACEBOOK = Internet).

TWITTER pour viabiliser son mode économique n’a pas d’autre alternative que de développer son nombre d’utilisateurs pour générer plus de profit.

Retrouvez également la présentation des intervenants 

Instagram ou Pinterest, quel réseau social "visuel" choisir ?

Dans un monde où tout va très vite, où notre smartphone nous suit partout, l’image se partage facilement et rapidement. PINTEREST et INSTAGRAM sont les 2 principaux réseaux sociaux basés sur l’image. Ils sont de plus en plus utilisés dans la communication des marques. Le fil rouge de cette présentation a été le cas de la Redoute qui utilise conjointement ces 2 réseaux sociaux pour sa stratégie de repositionnement.

L’idée n’étant pas d’arbitrer en faveur de l’un ou l’autre mais plutôt d’appuyer leur complémentarité.

QUELQUES CHIFFRES CLÉS

PINTEREST

  • Réseau social né en 2010, à mi-chemin entre le réseau social et le moteur de recherche visuel (1.5 milliard de recherches/mois dans le monde),
  • 100 millions d’utilisateurs dans le monde à égalité avec le nombre d’utilisateurs actifs de Linkedin. 50% des utilisateurs sont aux Etats Unis.
  • Avec 2.7 millions de visiteurs actifs la France est le 4°pays en termes de trafic sur PINTEREST (médiamétrie 15).

INSTAGRAM

  • réseau social né en 2010 racheté par FACEBOOK en 2012
  • 5.5 millions d’utilisateurs uniques (médiamétrie mai 15)
  • en 2017, on prévoit plus d’entreprises sur INSTAGRAM que sur TWITTER outre-atlantique (emarketer)

CA FONCTIONNE COMMENT ?

PINTEREST s’utilise sur ordinateur et mobile avec un principe de boards, publics ou privés, dans lesquels on vient épingler des images, vidéos, Slideshare, gifs…

PINTEREST est particulièrement adapté à la préparation d’un projet.

Pour être efficace, toute image diffusée doit comporter un lien vers un site web ou un blog. Très intéressant en termes de trafic et de référencement naturel.

On s’abonne à 1 personne ou juste à 1 board.

Possibilité de « like », « commentaire », « partage », « messagerie directe ».

INSTAGRAM s’utilise uniquement sur mobile ou tablette. On prend une photo ou une courte vidéo, on l’optimise ou pas avec des filtres et on la diffuse largement via des hashtags indispensables pour gagner en visibilité.

On s’abonne à 1 compte : 1 personne ou 1 marque.

Possibilités de « like », « comment », « message direct ». Pour partager il faut utiliser une appli type « repost ».

CIBLES

PINTEREST : 25/34 ans, 20%H/80%F, jeunes actifs avec de bons revenus

INSTAGRAM : 16/34 ans, 50% H/50%F, 95% ont un compte FACEBOOK

POURQUOI UTILISER PINTEREST ET INSTAGRAM EN B TO B OU B TO C ?

Sur PINTEREST, les comptes pro sont gratuits. Des fonctionnalités particulières sont proposées comme les épingles enrichies contenant tout un tas d’informations. Elles permettent par exemple la géolocalisation (intéressant pour un réseau de magasins physiques). Egalement les buyables pins très utiles pour l’e-commerce.

En 2015, 23% du social commerce provient de PINTEREST (ex de gros acteurs : Etsy, Sephora).

Le montant du panier moyen sur PINTEREST > à celui de FACEBOOK

Nouveautés à suivre : buyables pins, recherche visuelle…

Sur INSTAGRAM, la créativité est au rendez-vous pour présenter les produits afin de créer un lien affectif avec les followers. Sur cette plateforme, les marques peuvent ainsi obtenir un taux d’engagement beaucoup plus fort que sur FACEBOOK. Par exemple cas Laboratoires Messegué, avec 500 abonnés INSTAGRAM obtient le même taux d’engagement naturel qu’avec 15 000 fans FACEBOOK. Parmi les abonnés et utilisateurs les plus actifs, on constate aussi une grande proportion de blogueuses (influenceuses ?).

Les secteurs les plus populaires sur INSTAGRAM : Tourisme/voyage, Mode/Lifestyle, Deco/design, Gastronomie, Sport, Art/architecture.

Nouveautés à suivre : publicité, bouton « buy it »

CONCLUSION

Ces 2 réseaux sociaux étant en plein développement, c’est le moment pour les entreprises de se lancer pour prendre une longueur d’avance et créer leur communauté.

Retrouvez également la présentation des intervenantes 

La publicité sur les réseaux sociaux : pourquoi ? comment ?

Pourquoi ?

Il est nécessaire de recourir aujourd’hui à la publicité sur les réseaux sociaux si l’on souhaite y être présent de manière efficace.

Linkedin, Instagram, Twitter ont été abordés bien que l’accent ait été mis sur Facebook.

Restriction de la visibilité gratuite sur les réseaux - présence d’un algorithme – nous ne verrons pas les publications des pages ou des amis avec lesquels nous n’interagissons pas : 15 % de visibilité seulement en moyenne – 1000 fans→ 150 qui voient). Les pages professionnelles, dans l'ensemble, payent.

Comment ?

  • Pertinence de l’outil de ciblage sur Facebook : possibilité d’identifier les cibles en fonction de l’âge, des centres d'intérêt, du secteur d’activité etc. (Nb: fonctionnalités similaires dans Twitter mais l’âge de l’utilisateur n’est pas précisé ce qui peut limiter l’efficacité de certaines campagnes).
  • Importation des fichiers clients. Facebook pourra suggérer des audiences similaires et de nouvelles cibles → audiences personnalisées
  • Outil intuitif et maniable pour un coût accessible (les prix diffèrent en fonction du ciblage : plus la cible est restreinte et plus c’est cher). L’efficacité varie en fonction de secteur d’activité et de l’objectif recherché.
  • Dans le cas d'une augmentation de sa visibilité : efficacité incontestable.
  • Outil mesurable : des outils statistiques. On peut donc repenser sa publicité même si celle-ci est en cours (voir les clics qui répondent le mieux, tester plusieurs images).

Ne jamais perdre de vue son objectif pour le mesurer.

Des points de vigilance

  • L’entreprise doit s’adapter au réseau et non l’inverse : les réseaux sociaux sont un espace de conversation et ne sont pas initialement dédiés à la promotion : publicités sur les réseaux insupportent 68 % des utilisateurs
  • Limites et restrictions imposées par le média : Les données confiées à Facebook appartiennent au média. Les publicités sont soumises à validation : ne pas avoir plus de 20% de texte sur un visuel par exemple.

Adapter son média à son objectif

En dernier lieu, importance du choix du média. Tous présentent des outils de ciblages pertinents mais le profil des socionautes et des internautes n’est pas le même en fonction du réseau.

Retrouvez également la présentation de notre intervenante 

Comment animer ses réseaux sociaux au quotidien ?

Objectif du community manager : animer une communauté en ligne ; assurer la présence d'un client sur les réseaux sociaux, effectuer une veille stratégique.

Jill Lagier a tout d’abord présenté les spécificités des différents réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest, Linkedin, Snapchat.

Exemples :

  • Twitter davantage axé sur l’immédiateté de l'information. Intérêt événementiel.
  • Instagram plus axé sur l'esthétique.
  • Linkedin : Intérêt →Réseauter. 380 millions d'utilisateurs dans le monde.
  • Snapchat : zone de partage de photos basée à 100% sur l'éphémère : affichage de 10s avant disparition.
  • Importance de réfléchir sur le média en fonction de l'objectif recherché : snapchat : temps de concentration plus court puisque l'image va disparaître : utile pour transmettre info mais public jeune.

L'activité du community manager

  • Réfléchir aux contenus et être actif sur les réseaux. Mieux vaut actualiser régulièrement un ou deux réseaux que de multiplier une présence fantôme sur l’ensemble des réseaux.
  • Privilégier les contenus à forte valeur ajoutée pour se distinguer des concurrents (images originales, livetweet, questions-réponses, articles de blogs) - à distinguer des contenus narratifs (simples) ou pédagogiques (présentation du service , de la marque)
  • Définir son objectif : on adaptera sa communication qui sera ainsi pertinente et personnalisée.
  • On peut également avoir recours à la publicité en fonction des trois objectifs qu’on recherche : recruter des followers, augmenter sa visibilité ou générer des actions (plus de trafic sur le web, acte d’achat). On reste sur un principe d’offre et de demande. Ne pas perdre de vue qu’on peut également créer une pub pour renvoyer les gens vers notre site pour créer du trafic bénéfique pour le référencement naturel.
  • Créer des applications sur Facebook : Jeux, CRM avec deux objectifs : contenu attractif et sympathique qui génère du trafic ou intéressant pour la marque qui peut ainsi analyser les résultats de sa campagne, récupérer éventuellement des adresses en vue d'un mailing etc..
  • Etre réactif : Possibilité pour certaines marques de se servir des réseaux sociaux pour faire du SAV en ligne : mise en rapport client/consommateur de manière adaptée → e-réputation.

Comment évaluer ses actions ?

Le nombre de « like » n'est pas forcément le plus important. Mieux vaut avoir moins de fans mais qui soient plus actifs. L’objectif est d'avoir une communauté active et fidèle.

Importance de faire une veille régulière : étudier présence de la marque (forum des consommateurs, sites web des concurrents), s'assurer de ce qui est dit → répondre le plus rapidement possible.

Le travail du community manager consiste alors à apporter une image positive de la marque sur les réseaux sociaux.

Retrouvez également la présentation de notre intervenante 

​RDV pour l'édition 2016 !

Suite au questionnaire de satisfaction que nous vous avons fait parvenir, nous avons isolé la piste la plus intéressante pour améliorer ce format. 

Alors rendez-vous pour la 4ème édition pour partir à la découverte des "nouveaux" réseaux sociaux que l'on aurait pu délaisser cette année.

Et pour finir, nous remercions nos partenaires : UT1 Capitole et Pinkanova.