Christelle Nimeskern - Les Grands Interprètes

Discrète et attentive, Christelle parle de sa mission aux Grands Interprètes avec passion et précision. "C’est un métier neuf qui puise ses pratiques dans les pays anglo-saxons. Peu d’associations culturelles y consacrent un temps plein comme Les Grands Interprètes. Pourtant, une campagne de mécénat se structure avec un plan de développement, des objectifs pluriannuels chiffrés… à l’instar des entreprises « profitables »".

Par amour de la musique classique

Diplômée de l’Essec, plusieurs expériences significatives à son actif (Orchestre de Paris, musée Guimet, Philanthrôpia Optimus), elle s’est constituée une riche expertise pour évoluer dans cette voie, choisie par amour de la musique classique et du piano. 

Arrivée en janvier 2012 aux Grands Interprètes, cette Lorraine découvre alors le milieu économique et culturel toulousain, "un terrain favorable à la mission des Grands Interprètes qui, en complémentarité de l’excellente offre toulousaine, s’attache à faire venir ici des références internationales de la musique classique telles que, cette saison, Cecilia Bartoli, l’Orchestre du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg ou encore Rolando Villazón."

Elargir le cercle des mécènes

La situation économique ne constitue-t-elle pas un obstacle à sa mission ? "La période n’est pas favorable, cependant les entreprises nous restent fidèles. Les nouveaux entrants s’accordent, eux, un délai de réflexion plus long". Christelle s’attache donc à élargir le "Cercle des Grands Interprètes" qui réunit presque une centaine de mécènes – entreprises et particuliers – en multipliant les rencontres : intervention de musicologue, visite d’atelier de luthiers, d’exposition d’art contemporain… Elle prend part également au développement du volet pédagogique, si important pour donner des clés de compréhension aux publics éloignés de la musique classique (actions avec les écoles primaires de Toulouse, les lycées de la région, le programme Dispo de Sciences Po, les missions locales…).

En 2013, Christelle poursuit l’animation du nouveau Comité de soutien des Grands Interprètes, réunissant huit ambassadeurs influents qui jouent le rôle de consultant auprès l’association sur ses discours et argumentaires de collecte, tout en ouvrant leurs précieux carnets d’adresses.

Une "Coulisse" en préparation

Pourquoi le Club de la Com’ ? "Pour mieux connaître la scène toulousaine, sentir les tendances, me confronter à des expériences innovantes d’utilisation de l’art dans la communication. Toulouse me semble très en avance sur ce point. En contrepartie, je me propose d’apporter une vision différente de la culture qui, au même titre que la responsabilité sociale et environnementale (RSE), trouve de plus en plus sa place dans l’entreprise comme un axe de communication à part entière. Et puis, j’étudie avec la commission La culture c’est tout com’ la possibilité d’une « Coulisse » pour permettre aux membres du club d’apprécier la programmation des Grands Interprètes."