[RETOUR SUR] : ComOnEvolue#6 - Mardi 16 juin - Le rdv des professionnel.le.s de la com et du marketing - Avec Anne Yzèbe - Resp Com - Groupement e-santé Occitanie

Mercredi 15 juillet 2020

[RETOUR SUR] le 6ème épisode de ComOnEvolue

Le rdv des professionnel.le.s de la com et du marketing

avec Anne Yzèbe - Responsable communication -  Groupement e-santé Occitanie

Mardi 16 juin 2020

 

Nouveau rdv en visio live pour susciter réflexions et dialogue sur les évolutions de nos métiers et de nos pratiques, compte tenu du contexte de crise que nous vivons. Constater et réfléchir à la transformation concrète de nos métiers et pratiques (postures et enjeux - au-delà des simples adaptations technologiques et managériales). L’idée est d’inviter chaque semaine un.e témoin pour qu’il.elle expose sa vision / ses idées et puisse ensuite échanger avec les membres du Club en ligne à ce moment-là. 

A découvrir la vidéo réalisée par M Prod !

 

Quelques compléments d'informations sur l'intervention d'Anne Yzèbe :

Enjeux e-santé Occitanie durant la crise sanitaire : donner aux professionnels de santé les moyens de :

  • Soigner à distance
  • Assurer l’orientation et la coordination de la prise en charge des patients Covid 19 entre la ville et l’hôpital
  • Connaître la disponibilité des lits pour les hospitalisations
  • Echanger entre eux de façon sécurisée
  • Connaître les dispositions réglementaires dérogatoires

Et pour cela :

  • Créer des outils qui n’existaient pas encore
  • Faire connaître ce qui est utile dans ce contexte, outils déjà existants ou nouveaux
  • Donner accès : créer les comptes, former
  • Accompagner les utilisateurs

Positionner la communication en situation de crise : la communication doit être intégrée à la cellule de crise et entendre directement les collaborateurs parce qu’ils n’ont pas le temps de donner les informations nécessaires ou même de demander de l’aide. C’est ce qui permet à la communication de pouvoir assurer trois rôles essentiels :

  • Trier et transmettre rapidement l’information pertinente, en interne comme en externe, pour faire savoir, en externe, ce que nous apportons et en interne ce que nous faisons, l’avancée des travaux. Il faut communiquer vite, et aussi pouvoir réagir vite, et ce n’est possible qu’avec un accès le plus direct possible à l’information et un bon niveau d’autonomie (niveau de validation limité).
  • Proposer des actions de communication pour lever des obstacles. Les opérationnels n’identifient pas toujours les leviers de communication possibles, il faut donc être présent lorsqu’ils exposent leurs difficultés pour pouvoir proposer des actions de communication efficaces. La communication ne sert pas uniquement, et même pas principalement, à décorer le gâteau, c’est un des ingrédients du gâteau ! Mais il faut être accepté en cuisine…
  • Fournir aux équipes des informations ciblées à partir de la veille réalisée (media et réseaux sociaux), la communication a une fonction d’antenne vers l’extérieur et mieux nous sommes informés des projets mieux nous pouvons les alerter sur ce qui les intéressent.

La place de la communication est une source infinie de débats, nous sommes souvent accusés de vouloir être partout et d’exiger de tout savoir, précurseurs du syndrome contemporain FOMO, la peur de rater quelque chose ! Mais en cas de crise, la communication est cruciale et doit vraiment être positionnée comme telle.

Anticiper et diversifier : Selon la crise, différents outils sont nécessaires et nous n’avons pas le temps de trop créer, l’accélération a été brutale, en quelques jours il fallait répondre à tout en même temps. Il faut donc puiser dans ce qui existe et plus le choix est large, plus on a de chances de trouver ce qui va fonctionner dans un contexte inédit. Ce qui a été le plus utile durant ces trois derniers mois :

  • Les priorités : il faut dans ce contexte des outils qui répondent à ces trois besoins principaux :
  1. Fréquence : diffuser l’information très vite mais aussi la mettre à jour facilement puisque tout évolue rapidement. Le flux (envoyer l’info vers les bonnes personnes) est aussi important que le stock (que celui qui cherche l’info puisse la trouver).
  2. Focus : L’infographie est un excellent support de communication puisqu’un coup d’œil peut fournir l’essentiel.
  3. Fiabilité : dans ce contexte, le moindre faux pas va coûter très cher. La communication doit donc être extrêmement rigoureuse, précise et campée dans un périmètre défini (les actions, les actions, les actions ! Eviter le bavardage).
  • Ce qui a été le plus utile :
  1. En externe : le site internet (avec une très forte augmentation de la fréquentation au pic, quand les professionnels avaient besoin de trouver vite de l’information) et les réseaux sociaux mais aussi des outils qui existaient mais étaient encore peu utilisés, notamment le webinar et les espaces en ligne de communautés d’utilisateurs pour la formation à distance.
  2. En interne : les outils collaboratifs (surtout Teams) pour travailler et maintenir le lien, par exemple un point d’information hebdomadaire a été mis en place, le lundi matin, pour débuter ensemble la semaine et partager les informations sur l’avancée des travaux avec tous les collaborateurs, notamment ceux qui sont moins directement impliqués dans les chantiers de crise.

Capitaliser : s’il n’y a rien eu de totalement neuf, je vois trois tendances qui se sont dégagées et vont probablement s’amplifier :

  • Utilisation des outils collaboratifs et formation à distance pour de nouvelles façons de travailler ensemble et d’appendre / de former / d’accompagner.
  • Intégration de la communication comme un levier opérationnel et, vice-versa, des collaborateurs comme acteurs de communication. De même que pour les professionnels de santé, où les murs entre les bureaux sont tombés et chacun s’est rendu utile parfois bien loin de son champ habituel d’activités, cette situation de crise a participé à décloisonner les fonctions et les postures. Par exemple, un collaborateur musicien a proposé spontanément un jingle pour la réunion du lundi matin, qui est pérennisée au-delà du confinement !
  • L’indicateur d’utilité s’est imposé, surtout pendant le confinement et c’est intéressant de rapporter la communication à cette question : qu’est-ce que ça a apporté concrètement, en quoi est-ce que ça a participé à permettre à des personnes d’être en meilleure santé ? (par exemple, à décliner suivant les domaines d’activités). J’ai quelques doutes sur l’autre mot à la mode, celui de sens (qui a jamais défendu d’ailleurs une communication insensée ?)…

Edition N°6

Pour les adhérent.e.s du CLUB DE LA COM, le lien vous a été communiqué via la Newsletter hebdomadaire. Un email de rappel vous sera adressé mardi 16 juin vers 8h15.

Pour les non-adhérent.e.s, merci de vous inscrire en cliquant sur ce lien. Inscription obligatoire avant le mardi 16 juin à 9h00. Le code d'accès à la réunion vous sera transmis le jour même à 9h30.