La parole aux Média - 3 questions à Alexandre Léoty

Mardi 6 octobre 2020
Relations presse

Dans la poursuite de sa mission "fluidifions nos échanges, apprenons à nous connaître", la commission Relations Média vous propose un nouveau format : "La parole aux média".

Chaque mois, retrouvez sur le site du Club, un court témoignage sous la forme de 3 questions posées à un.e professionnel.le de l'information.

Pour initier ce nouveau rendez-vous, la parole est donnée à Alexandre Léoty, journaliste et reponsable des magazines du média économique régional La Lettre M et correspondant Occitanie du magazine national référence de l'aéronautique et du spacial, Air & Cosmos.

 

Introduction

Journaliste de presse écrite depuis dix-huit ans, Alexandre Léoty est journaliste et responsable des magazines du média économique régional La Lettre M. Il est également le correspondant Occitanie du magazine national référence de l’aéronautique et du spatial, Air & Cosmos. Par ailleurs animateur d’événements à contenus éditoriaux, mais aussi auteur de nombreux ouvrages documentaires (économie, tourisme, gastronomie, patrimoine) et romancier, Alexandre Léoty prête sa plume à plusieurs titres de presse régionaux et nationaux.

 

Pourquoi le choix du métier de journaliste ? 

Le journalisme est arrivé très tôt dans ma vie, comme une évidence. Il m’a permis d’allier deux de mes plus grands centres d’intérêts : l’écriture et la découverte. Honnêtement, quel autre métier peut permettre de découvrir chaque jour de nouvelles histoires, de rencontrer de nouvelles personnes et d’apprendre, tout en exerçant sa plume dans des styles aussi différents ? Le journalisme, sans l’ombre d’un doute, est un métier de passionnés. Comme toutes les professions, il est fait – bien entendu – de savoir-faire, d’expérience, de techniques, de process. Mais il abrite un supplément d’âme ; le choix d’informer n’est pas anodin. C’est celui d’offrir aux lecteurs, avec l’humilité qui convient, des clés de compréhension d’un monde de plus en plus complexe et foisonnant. La matière brute, factuelle et sourcée, qui nourrira leurs propres réflexions.

 

D’où proviennent vos sources ? Comment utilisez-vous les réseaux sociaux ? 

Le travail des sources est, évidemment, le préalable à toute investigation et rédaction journalistique. En la matière, les choses seront sensiblement différentes en fonction des thématiques traitées. Dans le champ de la presse économique, qui est le cœur de mon activité, les sources sont plurielles. Au-delà des informations relayées par les acteurs économiques - entreprises comme structures institutionnelles - par le biais de communiqués, dossiers et conférences de presse, et qu’il ne faut bien entendu pas négliger, l’essentiel du travail est ailleurs. En réalité, il convient de s’appuyer sur de multiples canaux permettant d’identifier les actualités les plus riches, les informations les plus exclusives : des annonces légales aux conversations informelles avec les acteurs économiques eux-mêmes, en passant par les réseaux sociaux. Charge ensuite au journaliste de qualifier l’information, de recouper ses sources, d’angler son sujet, puis de réaliser les interviews et reportages nécessaires à la mise en lumière de l’information.

 

Quelles sont pour vous les qualités majeures pour faire ce métier ? Ce qu’il faut éviter ?

À mon sens, la première des qualités, dans ce métier, est la curiosité. À l’inverse, un journaliste se doit d’éviter au maximum les présupposés, les certitudes, l’arrogance. Il doit être ouvert d’esprit. Il doit accepter de se laisser surprendre et ne doit jamais oublier, évidemment, de laisser traîner une oreille autour de lui ! Car si l’information est partout, le rôle du journaliste est, au fond, de savoir la capter au bon moment puis de la retranscrire de la manière la plus adaptée et fidèle possible.