C’était comment la com dans les années 80 ?

Jeudi 9 septembre 2021
Autre

C’était comment la com dans les années 80 en France ? A Toulouse ? Internet n’existait pas mais la presse, la radio et la télévision oui. Les agences de pub, de com, de RP et les régies médias aussi. La communication politique était déjà professionnalisée, l’agence RSCG (aujourd’hui Havas) avait déjà réalisé des campagnes en 1978 pour Jacques Chirac (« La France qui ose ») et François Mitterand (« Le socialisme, une idée qui fait son chemin »). Une même agence pour deux candidats. Rarissime pour être souligné. Twitter pour annoncer des scoops ou lancer des phrases ‘choc’, non mais un spot TV, une affiche ou un communiqué de presse, oui. 

L’impact d’une bonne communication résidait dans la force d’un slogan, le poids des mots et le choc des photos ou des images, pour reprendre, en partie la devise d’un hebdo français. Seule la viralité des messages était différente. Est-ce que c’était mieux avant ou mieux maintenant ? Ce n’est pas le débat. Ce qu’il faut retenir, c’est que les années 80-90 ont marqué un tournant dans l’évolution de la communication. Des révolutions se sont opérées et certains codes ont été bousculés.

Retour sur quelques faits marquants pour mieux comprendre cette époque pas si lointaine, et son héritage. 

 

Révolution dans les médias 

Les années 80 sont marquées par la multiplication et la liberté des médias.

Télévision : 1980, seulement trois chaines de télévision existent : Télévision française 1 (TF1), Antenne 2 (A2) et France Régions 3 (FR3). En 1982, une loi abolit le monopole d'État de la programmation — la communication audiovisuelle est désormais considérée comme libre.1984 marque le lancement de Canal + (première tv payante), 1986 la Cinq, 1987 M6 et la privatisation de TF1. De fait, la concurrence entre les chaînes s’installe, ce sont les grandes années du divertissement, des émissions politiques cultes et aussi de la création d’un programme dédié à la publicité (Culture Pub - 1986).

Radio : des changements similaires s’opèrent. Dès 1981, une loi autorise les radios locales à émettre, l’état n’a plus le monopole. Plusieurs radios voient le jour comme NRJ et dès 1982 ce sont près de 2000 radios qui envahissent les ondes. Rien qu’à Toulouse, une trentaine de radios vont se bousculer sur la bande FM dont Radio France Toulouse. Autre nouveauté, en 1984, la publicité est désormais autorisée sur toutes les radios. 

Pour la presse écrite des évolutions s’opèrent dans la fin des années 80 avec l’explosion de la presse économique et financière, conséquence des premières vagues de privatisation à grand échelle en France.

   

Logo de TF1 et d'Antenne 2 dans les années 1980 - Images d'illustration (Wikipedia)

 

Le ‘Tout est Permis’ de la publicité

L’émancipation de tous ces médias a offert un nouveau terrain de jeu aux publicitaires. La créativité est décomplexée, on vend du rêve avec le Club Med (« La plus Belle idée depuis l’invention du Bonheur »). La publicité est engagée, bouscule et engage, comme celles de Benetton. A Toulouse, dans un registre différent ‘On casse’ aussi les codes avec la célèbre marque Lajaunie et son fameux spot publicitaire de 3 secondes. Et pour une fois, même sans TikTok, Youtube et Instagram, une pub pour un petit carré de réglisse noir dans une boite jaune faisait le buzz.

Qui dit révolution, dit nouveaux métiers

Au milieu des années 80, de nouveaux métiers apparaissent pour accompagner toutes ces transformations : les premiers ‘DA’ et ‘concepteurs rédacteurs’ apparaissent, le CELSA qui existe depuis 1957, devient Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l’Information et de la Communication, et garde son nom, fort de sa notoriété. Le monde de la communication est en mouvement et se professionnalise. Continuer à faire évoluer les métiers créatifs, littéraires, partager ses expériences, se développer, s’ouvrir à d’autres secteurs / expertises devient nécessaire pour continuer à créer et engager les publics, ses clients. Une nouvelle tendance voit le jour : créer des associations de communicants. A titre d’exemples, un des plus anciens, le notre, celui le Club de la Com de Toulouse voit le jour en 1980, au niveau région régional le Club de la Presse Occitane est lancé en 1984 et au niveau national il faut attendre 1989 pour que se créée l’AFCI, l’association Française de référence en communication Interne. 

 

Et du côté High Tech ? 

Oui ce mot n’existait pas dans les années 80, mais impossible de rédiger un article sur les années 80-90 sans mentionner deux avancées technologiques. La première est toujours présente et a su évoluer avec les années : l’ordinateur Macintosh, dit Mac de nos jours, lancé en 1984. En revanche le minitel, invention Française de 1982 n’aura pas le même destin mais aura ses heures de gloire pendant quelques années avant de s’éteindre définitivement après 30 ans. 30 ans de vie grâce à la pub ? Et bien non, tout est question de rose, mais rien à voir avec Toulouse. 

 

 

Une des premières publicités pour Apple